Batterie (matériaux de fabrication courants)

0

Les matériaux de fabrication courants

Les fûts d’une batterie peuvent être constitués de plusieurs matériaux. Pour les toms et la grosse caisse, sont couramment utilisés :du lamibois, pour les modèles d’entrée de gamme (toutes grandes marques) ;
du bois recyclé mêlé de matières synthétiques ou à de la plasticine (ex : Remo, États-Unis) ;
du plexiglas, mis brièvement à la mode par Remo dans les années 1970 ;
de multiples couches de bois de même essence ou d’essences diverses collées les unes sur les autres (toutes grandes marques) ;
de multiples lattes de bois de même ou différentes essences, collées bord à bord comme sur la plupart des congas (ex : Reig Drum (France), initiateur du procédé, puis Tamburo (Italie) ;
une seule feuille de bois noble, pour le haut de gamme (ex : Noble & Cooley, États-Unis) ;
une pièce de bois taillée dans la masse, chez certains fabricants très haut de gamme (ex : Soprano, Italie ou Capelle, France) ou pour certains modèles de fabrication artisanale, comme les batteries d’inspiration amérindienne utilisées par Jerry Marotta et fabriquées par Taos Drums ;

caisse claire bois et plexi

caisse claire bois et plexi

une feuille de métal, généralement en acier inoxydable chromé, collée ou emboutie sur plusieurs feuilles de bois ; cette technique de fabrication marginale tend à disparaître depuis le milieu des années 1970 (ex : Asba, France). Certains fabricants (ex : Tama ou Yamaha, japon) proposent toujours des finitions métalliques pour des raisons esthétiques, mais les feuilles d’acier utilisées sont extrêmement fines et n’ont que très peu d’influence sur la sonorité du tom ;
de l’acrylique, utilisée chez Ludwig ou Sonor ;
de la fibre de carbone mêlée à l’érable, chez Pearl et Ming Drum ;
divers composites comme Kevlar, fibre de verre et fibre de verre-fibre de carbone-Kevlar chez Ming Drum.




La qualité des modèles en feuilles de bois varie, toutes les essences n’ayant pas les mêmes qualités acoustiques. On peut citer, parmi les bois les plus couramment employés, l’érable, le peuplier, le chêne, l’acajou, le bouleau etc.Il existe — presque exclusivement sur le marché de l’occasion — des modèles de toms tout en acier, fabriqués sur le même principe que des caisses claires de différentes tailles auxquelles on aurait retiré les timbres de résonance. La fabrication de ce genre de matériel a été abandonnée par l’immense majorité des fabricants à la fin des années 1970. Le but de leur conception était de fournir une puissance sonore élevée que le bois ne permettait alors pas d’obtenir.

Depuis, les améliorations constantes apportées à la sélection du bois, à son collage et aux parties mécaniques des toms ont rendu l’utilisation d’acier obsolète dans la course à la puissance acoustique. De plus, l’acier présente des défauts assez gênants au nombre desquels un manque de sustain et la présence d’harmoniques parasites difficiles à éliminer mécaniquement ou en sonorisation.Parmi les matériaux employés pour la fabrication de caisses claires, outre ceux déjà cités plus haut, on peut aussi citer divers alliages à base de cuivre (bronze), allant du jaune au « rouge » (qui ressemble plutôt à un rose « saumon ») selon la teneur en autres métaux. L’épaisseur de la « feuille » de métal est variable, là encore, allant d’un peu plus d’un millimètre à près d’un centimètre. Les modèles les plus profonds et employant une feuille de bronze épaisse peuvent atteindre la dizaine de kilogrammes. Les bronzes sont des alliages que l’on emploie également pour la fabrication des cymbales.

Comme la grosse caisse et la caisse claire, les toms peuvent se voir appliquer diverses finitions à but esthétique ou acoustique. Généralement, ils sont laqués et vernis à la façon d’un piano, simplement cirés ou encore pourvus d’une couche supérieure faite d’un matériau différent : feuille de rhodoïd pour le bas de gamme, autre revêtement synthétique à motifs peints ou sérigraphiés, tissu (notamment chez Remo), d’une fine feuille d’acier inoxydable (voir ci-dessus), voire liège (anciennes batterie Asba).

En ce qui concerne les modèles mélangeant plusieurs essences de bois, celle présentant à la fois l’apparence la plus attrayante et les meilleures qualités acoustiques est généralement collée sur les autres : on parle alors de pli de finition – ex : un pli de finition en érable collé sur 4, 5 ou 6 feuilles d’acajou.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Batterie de Wikipédia en français (auteurs)

18 octobre 2017 |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils
{ font-family: 'Tangerine', serif; font-size: 48px; text-shadow: 4px 4px 4px #aaa; }